Ulcères gastriques : Comment les prévenir ?

Votre cheval a changé de comportement, il paraît douloureux, il est moins performant au travail. Et s’il souffrait d’ulcères de l’estomac ? La proportion de chevaux ayant ce type de lésions est très importante. A quoi cela est dû ? Comment savoir si votre cheval est atteint ? Et surtout comment prévenir leur apparition ? cheval-energy.com fait le point pour vous.

L’ulcère du cheval en quelques chiffres…

Savez-vous qu’entre 60 et 90% des chevaux adultes et 20 à 50% des poulains sont ou seront concernés au cours de leur vie par des ulcères gastriques ?

La proportion d’individus touchés par ces lésions est élevée, il s’agit donc d’une pathologie à ne pas négliger. De plus, les équidés y sont particulièrement sensibles, mais pourquoi ?

Pourquoi les ulcères gastriques sont-ils si fréquents chez les chevaux ?

L’estomac du cheval fabrique en continu de l’acide chlorhydrique qui est utilisé pour la digestion. Cette substance rend le terrain gastrique très acide. La salive et les aliments ingérés neutralisent c’est-à-dire  réduisent cette acidité. Les ulcères de l’estomac apparaissent dès lors que l’acidité est trop importante. Ce sont des lésions de la paroi de l’estomac qui ressemblent à des plaies. A noter, l’estomac du cheval se composent de 2 parties à la structure et aux fonctions différentes :

  • la zone glandulaire, où a lieu la sécrétion du suc gastrique qui a un pH (unité de mesure de l’acidité) très acide, est protégée par une couche de mucus
  • la partie squameuse qui a un pH moins acide avec une paroi composée d’un tissu corné,  correspond au lieu de (pré-)digestion par des bactéries. 80% des ulcères sont présents sur cette zone.

Normalement le cheval, qui est un herbivore, devrait manger une grande partie de la journée. On parle de 16 heures/jour chez les chevaux sauvages et avoir l’estomac plein quasiment en continu. Ce phénomène limite une élévation trop importante de l’acidité de l’estomac. Vous comprenez pourquoi l’alimentation a un impact sur l’apparition de ces lésions. Existe-il d’autres facteurs connus ?

Les causes d’apparition d’ulcères gastriques

Les ulcères gastriques peuvent toucher tous les types de chevaux quels que soient leur âge, leur activité ou leur race. Il existe cependant des facteurs favorisants. En effet, les animaux qui passent peu de temps au pré, pratiquent un exercice intensif ou qui sont soumis à des stress répétés seront plus susceptibles de présenter des ulcères à l’estomac.

On distingue 3 grandes causes reliées à la formation de ces lésions :

  • L’alimentation

si elle est souvent modifiée, fractionnée avec des concentrés ou sans fibres. Une alimentation trop riche en amidon augmente l’activité de la flore bactérienne et le temps de digestion ce qui engendre des fermentations importantes. Après fermentation, l’amidon se transforme en différents acides qui viennent augmenter l’acidité présente dans l’estomac sans barrière protectrice.

  • L’entrainement

Lorsque le travail est intensif. Les mouvements exercent une forte pression sur l’estomac à l’origine de projection acides sur la muqueuse de l’estomac. Ce dernier est déformé par les mouvements du diaphragme liés à la respiration.

  • Les perturbations de l’environnement

Le confinement au box, les transports, l’arrivée dans un lieu inconnu…

Comment savoir si votre cheval souffre d’ulcères gastriques ?

Les chevaux souffrant d’ulcères ne présentent bien souvent pas de symptômes visibles ou les signes associés sont très discrets, on dit qu’ils sont asymptomatiques. Manifestations de signes de douleur, changements de comportements, intolérance à l’effort, appétit variable voire capricieux, inconfort abdominal parfois coliques… peuvent cependant être observés dans les ulcères importants. Les conséquences de ces lésions sont variables mais peuvent être dans certains cas très graves pouvant aller jusqu’à l’apparition de coliques, d’anémies dues aux saignements, et de péritonites.

 Traitements de l’ulcère équin disponibles

Votre vétérinaire peut vous prescrire un traitement pour votre cheval qui souffre d’ulcères gastriques. Les médicaments utilisés pour ce type de pathologie visent à faire baisser l’acidité de l’estomac (oméprazole), protéger la muqueuse (sucralfate), favoriser la cicatrisation et préserver l’équilibre de la flore avec des molécules qui agissent comme des pansements de l’estomac ou qui régulent l’acidité.

Et la prévention par l’alimentation ?

Des rations avec beaucoup de fibres (foin à volonté, libre accès au pâturage), une alimentation fractionnée et des teneurs réduites en sucres hautement fermentescibles (peu de concentrés ou de grains) sont recommandées. L’adjonction de foin de luzerne ou d’huile riche en acides gras semble également donner de bons résultats. La quantité de fourrage doit correspondre au moins à 2% du poids du corps (exemple pour un cheval de 500 kg cela correspond à 10 kg de foin par jour). Limiter l’apports d’amidon à moins de 2g/kg de poids par repas. Pour un cheval de 500 kg utilisez 5 Litres d’orge aplatie par jour maximum.

Votre vétérinaire peut vous conseiller la prise d’aliments complémentaires contenant des ingrédients reconnus pour le confort gastrique de votre cheval tels que :

  • la lécithine et les algues marines protectrices de la muqueuses ;
  • la pectine, le bicabonate de sodium, le Lithotamme qui ont un effet tampon (réduction de l’acidité) ;
  • des pré et probiotiques pour soutenir la flore bactérienne ;
  • L’argile qui joue le rôle de « pansement gastrique » ;
  • ou encore de l’Aloe vera qui a des propriétés cicatrisantes

Les conseils pratiques de cheval-energy.com pour limiter l’apparition d’ulcères gastriques…

  • Pour gérer le stress, vous pouvez aménager des temps de repos au cours du transport, assurer une hydratation correcte et continue, ménager des temps de sortie réguliers au paddock pour les chevaux au box.
  • Vous pouvez donner des suppléments protecteurs de la muqueuse gastrique lors d’un changement de vie (environnement, travail, ration).
  • Assurez une alimentation équilibrée et variée. Si possible, fragmentez le repas de votre animal au maximum (4 fois par jour) et n’hésitez pas à lui donner du foin à volonté y compris la nuit. Evitez de laisser l’estomac vide plus de 6 heures
  • Limitez l’exercice lorsque votre cheval est à jeun
  • Favorisez l’accès au paddock ou encore mieux à la pâture
  • Et n’oubliez pas de vermifuger régulièrement votre cheval et surtout l’automne traitez contre les gastérophiles qui sont des parasites de l’estomac.

Nos produits best-sellers pour les ulcères équins

Voici deux produits qui ont été sélectionnés par Marc, notre vétérinaire équin maison, et sur lesquels nous avons d’excellents retours clients.

Ekygard du laboratoire Audevard apporte des nutriments spécifiques répondant aux situations d’ulcère équin :
– le psyllium, la pectine et l’argile bentonite favorisant la formation d’un gel protecteur,
– le lithothamne,  une petite algue rouge régulatrice de l’acidité,
– la guimauve et l’Aloe vera connues pour leurs propriétés apaisantes,
– les pré- et probiotiques, qui renforcent la flore intestinale
– le fenugrec, plante très appréciée des chevaux et favorisant un bon appétit.

Gastrivet Granulés du laboratoire NAF formulé à base d’extraits de plantes, est destiné à soutenir l’estomac du cheval sensible. Particulièrement recommandé en prévention chez le cheval sensible, en parallèle ou en relais du traitement vétérinaire pour les ulcères gastriques et dans le cadre d’un régime adapté.

Sa formule élaborée est source d’anti-acides naturels, d’extraits de plantes connues pour leurs vertus apaisantes et cicatrisantes, de probiotiques pour l’équilibre de la flore intestinale, et de fenugrec pour stimuler l’appétit, souvent irrégulier lors d’ulcères gastriques.

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *