Pathologie du cheval : la colique

Tout homme de cheval a déjà vu ou entendu parler des coliques. C’est un mot qui en effraie plus d’un !

Signe de colique : le cheval se regarde les flancs

Relativement fréquentes chez les chevaux, les coliques sont souvent bénignes et passent seules ou avec un simple traitement médical. Néanmoins, elles restent la principale cause de mortalité chez le cheval. Nous allons dans cet article définir les coliques et passer en revue quelques règles à respecter pour limiter leur apparition.

Les coliques, kézako ?

Les coliques ne sont pas une maladie, mais un symptôme : elles sont la manifestation d’une douleur, trouvant principalement son origine dans l’abdomen (ventre) et plus précisément au sein du tractus digestif (intestin et estomac).

Il existe différents types de coliques chez le cheval : les dysfonctionnements intestinaux (mauvais fonctionnement de l’intestin comme la coliques de stase), les déplacements, les coliques inflammatoires ou ulcéreuses.

Les symptômes des coliques sont nombreuses, certains peuvent passer inaperçu, d’autres sont évidents.

On retiendra du moins évident au plus évident:

  • Des bruits digestifs diminués ou absents,
  • Une baisse ou l’absence d’appétit,
  • Une diminution du nombre ou l’absence de crottins,
  • Une diminution des bruits digestifs,
  • Le flehmen (le cheval retrousse sa lèvre supérieure),
  • Le fait de tendre la tête vers l’eau sans boire,
  • L’abattement,
  • La sudation,
  • Une respiration rapide,
  • Le fait de se regarder les flancs,
  • S’asseoir comme un chien ou se coucher sur le dos,
  • Se mettre en position pour uriner sans uriner,
  • Se donner des coups de pieds au ventre ou se mordre le ventre,
  • Gratter le sol, se coucher et se relever
  • Se rouler au sol à répétition en grognant.

En règle générale, plus les manifestations de douleur sont importantes, plus la colique est grave.

Quelles précautions prendre pour limiter les risques de coliques chez le cheval ?

De nombreux facteurs peuvent être à l’origine des coliques. Il est impossible de prévenir toutes les coliques, néanmoins le respect de certaines règles permettra de diminuer le risque de coliques de votre cheval :

  • Eviter de trop bousculer son quotidien
  • Distribuer des fourrages de bonne qualité et en quantité suffisante (1kg pour 100kg de poids vif chez un cheval adulte)
  • Eviter de donner des grains (dont les aliments concentrés composés principalement de grains) en quantité trop importante (maximum 50% de l’alimentation)
  • Préférer la distribution de concentrés en deux (trois) repas plutôt qu’un seul
  • Réaliser des transitions alimentaires lors de changement d’alimentation
  • Eviter de distribuer la nourriture par terre si le sol est sableux
  • Vérifier l’absence de plantes toxiques dans les pâtures, de corps étrangers dans les fourrages
  • Laisser de l’eau propre à volonté
  • Sortir votre cheval tous les jours
  • Eviter le stress au maximum
  • Prévoir un programme de lutte contre les parasites (vermifugation) avec votre vétérinaire, qui pourra être optimisé par le biais de coproscopies (analyse des crottins)
  • Eviter de donner des médicaments sans l’accord de votre vétérinaire
  • Porter une attention particulière à votre cheval lors des changements de routine, et si votre cheval a déjà souffert de coliques

Partagez cet article !

Marc

Vétérinaire équin passionné et expérimenté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *