Le froid et l’humidité s’installent… La toux aussi !

Après le soleil et les températures estivales, le froid et l’humidité s’installent petit-à-petit … C’est dur pour notre moral, mais également pour les poumons de nos chevaux !

 Cheval dans la neige au coeur de l'hiver

Coup de froid, kézako ?

Un coup de froid est, d’un point de vue médical, un refroidissement du corps (ou hypothermie), qui peut dans les cas les plus graves avoir de graves conséquences.

En langage courant, on parle de « coup de froid » pour désigner un rhume ou une bronchite : toux (souvent grasse) en début de travail, jetage épais, manque d’entrain, récupération plus lente après le travail, fièvre modérée sont autant de symptômes pouvant accompagner un coup de froid.

L’ arrivée de l’automne est une période à risque : le froid et l’humidité s’installent (parfois brutalement !), le retour au box et à la poussière fragilisent les poumons et les voies respiratoires, le poil repousse, favorisant la transpiration au travail et augmentant le temps de séchage, le choix d’une couverture adaptée est souvent un vrai casse-tête … Bref, les conditions idéales pour favoriser l’apparition du coup de froid et des problèmes respiratoires !

Mieux vaut prévenir que guérir !

Respecter certaines règles permettra de diminuer le risque que votre cheval attrape un coup de froid :

  • Veillez à ce que son alimentation soit suffisante en quantité et qualité : complémentez-le si besoin avec des CMV ou compléments minéraux et vitaminés, notamment si son alimentation est à base de céréales
  • Surveillez son état général, surtout s’il vit au pré : n’oubliez pas qu’à l’état sauvage, le cheval constitue des réserves aux beaux jours afin de mieux passer la période de froid. Au besoin, complémentez-le avec de l’huile de lin, riche en acides gras essentiels
  • N’hésitez pas à lui faire une cure de vitamine et stimuler son immunité
  • S’il vit au pré, évitez une tonte large, prévoyez un abri et une couverture imperméable suffisamment chaude
  • S’il vit au box, limitez les courants d’air et l’exposition à la poussière : fourrages de qualité, sortie du cheval si besoin lors du paillage ou nettoyage des allées, pansage…
  • Utilisez une séchante puis une couverture sèche après le travail
  • Tondez-le si besoin pour limiter la transpiration et faciliter le séchage, et prévoyez une couverture suffisamment chaude (attention aux nuits froides)
  • Limitez la douche
  • N’oubliez pas les vaccins !

 Naseaux dans le Froid

Intervenez rapidement !

Lorsque vous suspectez un coup de froid, prenez les mesures qui s’imposent rapidement. Plus vous attendez, plus le risque de complications est important !

  • Commencez par suivre les recommandations précédemment citées
  • Limitez le travail afin de permettre à l’organisme de mieux récupérer
  • S’il présente des symptômes modérés comme une toux débutante ou un léger jetage, compléments alimentaires spécifiques, sirops riches en huiles essentielles et pommades nasales peuvent vous être d’un grand secours
  • Appelez votre vétérinaire si votre cheval est fiévreux, si la toux est importante, très grasse ou persistante, si le jetage est épais et purulent,  s’il est abattu.

Bon hivers à tous ! Je crois qu’on peut déjà le dire vu le temps …

Partagez cet article !

Marc

Vétérinaire équin passionné et expérimenté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *